Violation du secret professionnel : relaxe pour l’avocat de la famille Ben Barka

ben barka

L’avocat de la famille Ben Barka, Me Maurice Buttin, a été relaxé mardi dans une affaire de violation du secret professionnel après une plainte d’un des Marocains visés par un mandat d’arrêt international pour l’enlèvement de Mehdi Ben Barka en 1965.

Le président du tribunal correctionnel de Lille a annoncé la relaxe en expliquant que l’infraction n’était pas « caractérisée ». La partie civile a été déboutée de ses demandes.

Me Buttin, âgé de 85 ans, encourait un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende. Il était accusé d’avoir révélé en 2007 à Joseph Tual, journaliste de France 3 spécialiste de l’affaire Ben Barka, qu’un mandat d’arrêt international à l’encontre de Miloud Tounzi, aujourd’hui commissaire de police marocain à la retraite, allait être délivré par le juge d’instruction alors chargé du dossier, Patrick Ramaël.

Les avocats de Miloud Tounzi, Me Hamid Andaloussi et Me Philippe Clément, avaient demandé un euro de dommages et intérêts pour « réparer les préjudices moral et psychologique subis » ainsi que 69.000 euros au titre de remboursement de frais d’honoraires.

« C’est une décision juste, non seulement juste sur un plan politique mais juste en droit, et c’est ce qui est important devant un tribunal. je me réjouis que dans cette affaire la justice triomphe », a réagi Me Buttin.

Me Philippe Clément a pris « acte du jugement » mais a décidé d’interjeter appel. Il a ajouté s’être « interrogé sur l’orientation choisie depuis le début par le ministère public : pourquoi le ministère public a en quelque sorte demandé la mort du secret de l’instruction et du secret professionnel, qui constituent dans toute société démocratique les deux piliers essentiels qui garantissent le respect de la présomption d’innocence ? ».

Lors du procès, le 18 février, le procureur avait demandé la relaxe de Me Buttin, soulignant qu’il n’avait pas divulgué un acte d’enquête mais une étape de la procédure.

« Le jugement d’aujourd’hui a mis fin à la tentative de Miloud Tounzi, mais des blocages au nom de la raison d’Etat se poursuivent, aussi bien du côté marocain que du côté français », a affirmé Bachir Ben Barka, fils de Mehdi Ben Barka.

« Toutes les tentatives de l’autorité marocaine pour censurer la parole de la défense de la famille Ben Barka sont totalement vaines; grâce à cette décision, on ne fera plus taire la défense de la famille de Mehdi Ben Barka », a relevé Me Alexis Gublin, avocat de Maurice Buttin.

Figure du tiers-mondisme, Mehdi Ben Barka a disparu le 29 octobre 1965 à Paris lors d’une opération menée par les services marocains avec la complicité de policiers et de truands français. L’affaire n’a jamais été totalement élucidée et le corps de Ben Barka n’a jamais été retrouvé.

AFP

Partagez nos articles sur les réseaux !

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=30663

Posté par le 18/04/2014. inséré dans Qui c’est, celui-là ?, Sliders. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.

1 Commentaire pour “Violation du secret professionnel : relaxe pour l’avocat de la famille Ben Barka”

  1. Fatma

    Afaire ben Barka!

    Moulay Hichame vient de dire que la tête de cette victime a été offerte au roi Hassan II par les agents et collaborateurs qui l´ont fait disparaitre à Paris!

    L´Etat francais àl epoque de Charles de Gaulle est le premier responsable dans ce cfrime. Quant à l´Etat d´aujourd´hui, il partage toujours cette responsabilité. Mais pour déjouer les réclamations et maintenir les marocains petits et très silencieux, la France continue à soutenir la monarchie alaouite, excluant les appels de tous les opposants au régime du roi prédateur, ne faisant face qu´à son cousin gérmain qui s´est décidé à le faire déchoir tôt ou tard.

    Bon travail et bonne réussite à Moulay Hichame!

Les commentaires sont fermés

Connexion | Demain online Copyright 2014