Tahar Ben Jelloun, entre conter fleurette et faire de l’analyse politique

Rabat.- Dans un récent article d’opinion publié publié par le journal de référence Le Monde et intitulé « L’islam doit rester dans les mosquées », notre gloire nationale littéraire Tahar Ben Jelloun se déclare mécontent de la victoire des barbus du PJD au Maroc. Et, il le fait savoir.

Pour lui, les « islamistes modérés » cela n’existe pas. « Nous savons« , écrit Si Tahar, « que le religieux et le politique, conjugués avec les techniques modernes de la communication, aboutissent à un régime autocrate. La machine de la régression et de l’annulation des libertés individuelles se met en marche parfois déguisée sous le vocable de ‘la normalisation’ et de ‘l’authenticité’ « . Rien à dire. Bravo !

Et notre ami écrivain de renchérir. « L’islam (…) devrait rester dans les coeurs et dans les mosquées. D’ailleurs Dieu insiste sur la responsabilité de la personne dans ses actes. Elle n’a pas besoin d’un gouvernement religieux pour lui dicter ce qu’elle a à faire. Or l’islamisme politique se caractérise en général par une action directe sur le mode de vie des gens« .

Bien entendu, comme c’est devenu maintenant une habitude dans ses articles, le Prix Goncourt 1987 n’a pas ménage sa peine pour encenser l’autocrate alaouite Mohamed VI, dont la politique bienfaisante aurait fait en sorte que la situation au Maroc ne soit pas « identique » à celle de la Tunisie pré-révolutionnaire.

Tout de même une petite remarque doublée d’une question. Ou plutôt, plusieurs remarques interrogatives.

Qui utilise au Maroc la religion à des fins misérablement politiques si ce n’est la monarchie.

Qui a hérité du titre de « amir al mouminine« , (commandeur des croyants), une qualité qui pourtant, selon ce qu’on peut déduire de la lecture des textes saints de l’islam, ne peut ni s’hériter ni être détenue obligatoirement par le prince ?

Qui se prétend descendant du prophète Mohammed (une hérésie, une fumisterie qu’aucun alem marocain n’ose dénoncer!), sans aucune preuve matérielle ou autre ?

Une autre remarque. Qui a utilisé la religion pendant la campagne référendaire de juillet dernier en ordonnant aux imams des mosquées (qui sont des fonctionnaires de l’Etat !), de conseiller à leurs ouailles, lors du prêche du vendredi, de voter « oui » pour la nouvelle constitution octroyée ?

Ben Jelloun, en tant que bon conteur de fables marocaines, n’est pas sans avoir la réponse à ces interrogations simples. Avant de se lancer dans l’analyse politique, un exercice autrement plus compliqué que conter fleurette, il faudrait tout de même que Si Tahar, qui reste pour nous une référence littéraire, résout ses propres contradictions.

Thami Afailal

Partagez nos articles sur les réseaux !

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=9561

Posté par le 07/12/2011. inséré dans Pastiche, Sliders. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.

47 Commentaires pour “Tahar Ben Jelloun, entre conter fleurette et faire de l’analyse politique”

  1. RIFEÑO 1958

    benchelloul, l’autocrate c’est ton roi, AUTO-CRATIA= GOUVERNE D’UN SEUL HOMME, tu dois dire TEO-CRATIA, gouvernement des religieux, avec les lois de dieu; et cet homme c’est un intellectuel, ah je vous demande, pourquoi tu ne défends pas les libertés des marocains????

    • alhak

      il faudrait tout de même que Si Tahar, qui reste pour nous une référence littéraire, résout ( il fallait lire résolve, cher donneur de leçons) ses propres contradictions.

      Mohamed Ben Ahmed

  2. El makhloufi

    Il a encore raté une occasion de se taire cet opportuniste et imposteur .
    Il fait partie de ces « arabes de service » qu’on aime inviter sur les plateaux de télé en France ,parcequ’ils disent ce qu’on a envie d’entendre mais qu’ on ose pas trop dire pour ne pas passer pour islamophobe .
    C’est beaucoup plus crédible .Et en même temps,ça lui fait de la pub !

  3. Anonyme

    Il y’en a plein de pseudo intellectuels comme TBJ qui se pavanent dans les salons feutres parisiens. Il diraient n’importe quoi qui plaise a leurs mecenes et binfaiteurs. M6 etant les deux a la fois pour ces pseudo intellectuels.
    Demandez son avis a un Abdellah Laroui et vous aurez tout un expose avec des preuves a l’appui et en prime une perspective historique.
    Des clowns comme TBJ, il y’en a plein. On n’a pas besoin de leur avis. Ils peuvent se le foutre la ou je pense.

  4. joudyjr

    Tahar le fou, Tahar le sage. Cette fois ci ce le premier. Rien à faire, c´est ainsi que se décline sa mission au service de l´Elysée. Le voilà défendre les libertés individuelles et craignant la catastrophe de l´islamisme.
    Chapeau Tahar, tu es toujours resté le fils du commerçant installé á Tanger. Tu ne manques aucune occasion pour faire du pognon. Comme tes fantasmes ne sont plus rentables, maintenant tu te lance dans l´aventure de décrypter l’islamisme politique. Mais je dois t´avouer que tu es très intelligent, mais d´un discernement paysanne. Au lieu d´attendre d´être cogné, tu attaques, comme la vielle conduite des paysans : l´attaque est la meilleure défense.
    Ton mal Mr Tahar, ce que tu garnis pour le compte de tes maîtres les gaulois, pour qu´ils gardent leur suprématie sur le Maroc. Alors en fin de compte, personne ne viendrait á tes obsèques. Quel malheur !

  5. RACHWA+

    il faudrait tout de même que Si Tahar, qui reste pour nous une référence littéraire, résout ses propres contradictions.
    référence littéraire ???MDR..

  6. ali ouhmad

    decidement il y a de ces gens (tel TBJ )depourvu de toute pudeur et sans vergogne ne manque aucune occasion pour cajoler ceux qui ont fait de lui un ecrivain, un intellectuel qu’il est loin tres loin d’etre.

  7. Alghem

    « Si Tahar, qui reste pour nous une référence littéraire »!! Lawah.. Zedti fiha a Si Thami

  8. Tapha Ghris

    J’ai jamais apprecié cet auteur nommé Tahar benjelloun, les oeuvres qi’il a ecrites, que j’ai lu malheusement, ne sont qu’un tas de merde. Ce soit disant auteur marocain, marocain ? Ahhahha .. Cette anomalie letteraire, nommée Tahar, a eu une vie confort à Paris , pourquoi? ..Par ce que il l’a planifié quand il fut jeune à Paris.. Il a dit quand il a commencé à ecrire: voilà ce qu’il a dit: Je vais me servir de l’errance marocainne pour moi, pour me faire foutune ici à Paris,, et , jamais je ne leur dirai vraiment de quoi ils souffrent ces marocains(es)… voilà ce qu’il a dit texto…

  9. aziz

    opportuniste et imposteur tahar benjalloun

  10. il n y a que ce qu on voi mr bj. maleureusement pour toi tu manque de lumiere pour pouvoir voir, mEmme si tu pretend defendre les valeurs modernjste et pour mieux briller tu t attaque au islamistes , defendant les theses evangeliques voir sionistes a propos de lislam politique, est ce une nouvelle pro himaya que vous lancer » ou une propagande debile en faveure de ceux qui prefere nous voie comme des eternels indigenne ou simplement de petite phrase?

  11. Listo

    Malgré ses contradictions, force est de constater qu’il a raison cette fois!

    Regardez l’Egypte! Lamentable! Le peuple, abruti par tant d’années de propagande métaphysique, élira des bourreaux qui ne feront pas dans la dentelle: Et pas que des islamistes qui rêvent d’une société talibane dans 20 ans, mais des salafiste qui revendiquent la Khilafa ici et maintenant.

    Le peuple et ses islamistes n’ont rien fait pour contrer la dictature. Les jeunes libéraux des classes A et B+ ont osé défié les dictateurs. Ils se sentent floués. Comme tous les jeunes!

    La démocratie c’est des valeurs avant tout, c’est la dictature de la minorité (Car les majoritaires d’aujourd’hui vont devenir minorité demain ou dans 10 ans au plus). En respectant scrupuleusement les droits des minoritaires, on se donne des garanties de ne plus être oppressé dans quelques années.

    L’Islam comme idéologie (Ou Islam tout court, tant qu’il ne s’est pas réformé) est incompatible avec les valeurs démocratiques.

    Ne nous voilons pas la face! TBJ a raison sur ce point. Pour une fois!

  12. Tapha Ghris

    Tahar Benjalloune n’a plus de place au Maroc. Mais pour enterrer son cadavre, mieux lui chercher un 2 mettres, maximum, sur quelques centimettres, ce sur Paris. Et nous, peuple marocain nous payerons la facture…

  13. Bounouwala

    Tahar doit savoir que Moha le 6 et son entourage avaient decide il y a de cela lontemps, a ce que le pjd un pure produit maghzanien soit a la tete d’un gouvernement qui ne sert a rien comme le lait de l’anesse.
    Sitahar, sache que le systeme des Zalaouites est tres corrompu et agonisant.
    Donc Sitahar a interet a bien reflechir sur un nouveau ouvrage intitule:
     » Moha le 6, Moha le fou, et Moha le sage.
    Je veux que tahar s’occupe d’avantage pour son bien au lieu de s’occuper des choses futiles qui finiront par disparaitre un jour.

  14. Lindo

    Ce TBJ est depuis longtemps « l’arabe de service » : il doit dire ce qui plait aux français.

    Retourne à l’écriture, au romanesque et oublie les analyses politiques, tu n’as pas le niveau pour ça.

  15. polar

    le chien ne sort jamais de la maison, là où il y a un mariage ou une fête. Le pauvre , on le paye pour dénigrer ses propres citoyens. Il n’a pas d’autres choix, sinon il sera banné des maisons d’éditions et des plateaux télé en France.

  16. Citoyen

    @Listo

    En effet, TBJ « a raison cette fois » !

    Sauf, qu’il s’est trompé d’adresse !

    Lol !

  17. AAKKY

    « que le religieux et le politique, conjugués avec les techniques modernes de la communication, aboutissent à un régime autocrate. »eh bien c est la seule Vérité qui est sorti de ta bouche en cul de poule monsieur l écrivain des francolons!!en effet regarde le résultat quand ton mâitre mohammad conjuque amir lmouminine avec business tout azimut:hachich alccool putes et même les armes!!
    épargne nous tes sorties dans les salons parisiens,tout le monde sait maintenant que tu es un lèche boules et que si tu ne lèches pas eh bien on te retire ta carte de séjour et ton passeport,ça tu ne le dis pas!!benjelloun,benkirane bennani bensimon tout cela et encore d autres sont les renégats de l andalousie déchue,des opportunistes nés et qui pactiseraient avec le diable pourvu qu ils y gagnent!!

  18. Lefouduroi

    TBJ est un écrivain reconnu parmi les grands de son époque, essentiellement dans le monde de la francophonie. Ce qui n’empeche pas qu’il reste un personnage méconnu des 63% des analphabètes auxquels s’ajoutent les arabisants et une grande partie de ses compatriotes qui ont étudié le français de son coté purement «fonctionnel». Et c’est aussi un auteur marocain résident en france. Pour dire que ses messages sont de l’ invidividu et non pas du citoyen du fait de son statut actuel. Aussi reconnaisons lui ses droits à l’egalité à l’instar de ses compatriotes , à la liberté d’expression et à l’indistinction. Ses écrits et son oeuvre littéraire procédent du paradigme de l’environnement de sa production – Alors ne tirez pas sur les lampistes .

  19. JEM

    Tahar Benjelloun, ce n’est pas celui qui a ramené une bonne marocaine en France, et qu’il ne payait pas?

  20. Citoyen

    Ce que j’aime bien chez TBJ, c’est cet esprit sélectif hypocrite qui ne le fait jamais rougir ni sursauter ceux qui publient régulièrement ses incohérences comme ce journal dit de référence… du/en parisianisme !

    L’ossature du régime alaouite est bâtie sur cet esprit de tromperie, de triche, de fausseté et d’illusion, à savoir le spirituel en général, la religion musulmane en particulier et la prétendue Commanderie des croyants qui en découle !

    Pour TBJ tout est critiquable sauf le cœur du système : la monarchie alaouite et la franco-phonie-philie alaouite !

    Les garde-fous pour TBJ sont : le Makhzen et Notre-Dame de Paris !

  21. MOULAY DRISS SLAWI

    Voilà que l’amuseur des parisiens rebondit en moins d’une semaine deux fois. Sûrement pour épater sa galerie. Lui pour qui le Maroc ne vaut pas plus qu’une une carte postale que l’on se presse à dresser fièrement à des occidentalisés en mal de folklore ! Il faut reconnaître qu’il a intérêt à se surchauffer tout en faisant du surplace. D’où il est, il garde toutes les chances de son côté. Etre l’invité des plateaux de radios et de télévision, côtoyer les dignitaires en proposant de dignes services, se voir ouvrir les pages des illustres journaux (tel le monde)…. Faut être con (excusez le terme) pour laisser passer une telle aubaine. D’autant plus que les Bousbous et les Sfeir ne sont plus d’actualité depuis que Benladen n’est plus de ce monde !! Avec un Sifaoui, vous faites un tandem de feu, vous avez de longs jours devant vous .D’où l’intérêt de faire feu à petites flammes ! Autrement pour une investiture de cinq ans, vous avez grand intérêt à aménager votre monture, sinon vous vous consumerez en moins de deux mois. Une Jeanine bent Bou Garba ajouterait volontairement de l’eau dans votre beaujolais ne serait ce que pour vos beaux yeux de plume tangéroise. Mais la harkie de service est dans de mauvais draps, vu qu’il ne lui reste que quelques mois, elle et son^^ casse toi pov con ^^ pour se voir relégués aux seconds rangs. Pour le fond de ton réquisitoire, il fallait faire preuve de plus de courage et non d’hypocrisie caractéristique et caractérielle des bouffons de basse cour ! Puis que l’islam doit rester dans les mosquées (je vous cite), qu’en est-il de l’autre islam qui sommeille en haut de la pyramide !? Autrement où devrions-nous caser Imarate Almouminine !? Il fallait avoir assez de coui….pour aller tout au fond de tes pensées et prôner sans le moindre détour une laïcité globale. Mais lorsqu’il s’agit de l’islam choisi et soutenu par les couches populaires (le verdict des urnes ? Tu sais ce que c’est au moins !), quelques sirènes se mettent à retentir à l’unisson dans un bal de cacophonie. Les Marocains ont fait leurs choix, n’en déplaise à certains lécheurs de bottes. L’islam est pièce maitresse et fondatrice de leur société et leur mode de gouvernance. Il y ‘a eu des égarements, certes nous en sommes conscients .Et c’est justement un réel exercice démocratique qui redressera la barre. Que les voix qui nous viennent d’ailleurs (par ondes ou par écrits) restent y ! Ici, pour bientôt, point bar ! Vivement ton beaujolais outre rive !!!

  22. youb

    Qui est Tahar Ben Jelloun ? Une girouette soumise au gré du vent qui souffle, et ce vent est celui de l’ opportunisme bien entendu… Au même titre que l’algérien Yasmina khadra qui avait fustigé le peuple à cause de sa révolte contre les coyotes qui le dirigent en le traitant de faignant impénitent. Son soutien aux tyrans lui a permis d’être nommé Directeur de la culture au centre culturel Français en reconnaissance de son soutien au Mekhen Algérien…
    C’est kif kif en ce qui concerne Tahar Bendjelloul . Il l’avoue lui même en disant: « Quand on me demande ce que j’apprécie le plus en France en dehors des châteaux de la Loire, du Mont Saint Michel, de sa gastronomie et des subtilités de la langue de Racine, je dis: son système social ». Il ne cache pas son amour pour ce pays et rend hommage aux français responsables des milliers de morts brulés au napalm (voir guerre du Rif), et se considère français comme en témoigne son interview accordé aux médias où Il affirme : » le service public français est menacé .On veut casser ce système qui fait honneur à ce pays, qui est donné en exemple dans le monde, on veut petit à petit privilégier le secteur privé, celui de la médecine payante et rentable . C’est ce qui défigure la France que nous aimons, celle que les générations successives ont construit « …
    Le 1er février 2008, il a reçoit des mains du Président de la République française Nicolas Sarkozy la Croix de Grand Officier de la Légion d’honneur.
    Que peut devenir selon vous un Ara (perroquet) marocain décoré dans une cage Française sinon de parler du nez et répéter tout ce qu’on lui fait dire? A défaut de parler du nez, il a le doigt dans le nez, et répète au journal le monde ce que lui demande de faire charlie hebdo et la famille lepen::« L’islam doit rester dans les mosquées ». Il aurait dû ajouter pour plus de crédibilité , que les mosquées sont confiées à la secte Boutchitciya » au profit de amir el mouminine…

  23. Argane

    Qui c’est encore celui-là? Q

  24. Argane

    que connait-il à l’islam? lui qui parle de la prosternation en décrivant la prière de l’absent,dans son navet « la nuit sacrée » alors que la prosternation n’existe tout simplement pas dans cette prière

  25. AAKKY

    j ai retrouvé lors de mes pérégrinations dans la toile,une vidéo intérressante qui montre comment les francolons manipulaient les populations soumises dans l ancienne colonie d A lgérie et cela ressemble à s y méprendre aux recettes du makhzen au royaume de Himaristan!!
    http://www.youtube.com/watch?v=pCJcSIFqEug&feature=related
    le rapport vous épatera,des benjelloun la france en a produit des milliers!!pour assurer la relève!

  26. Nadir

    c’est vergogneux de voir des mecs désinvolte vivant de l’oisiveté de ses écritures de merde comme ce T.Benjelloun s’arroger en donneur de leçon démocrate pour nous dire que l’Islam ne devrait se manifester que dans le rapport personnel de l’individu avec son dieu et son exercice devra se limiter aux quatres murs de la mosqué.en gros c’est un partisan de la laicité qui préfère passer pour un bon arabe intégré.sauf que ce discours n’est pas déstiné aux musulmans de la France mais du monde arabe.franchement meme les fameux Basbous et Sfeir les 2 politologues analystes du Monde Arabe que Driss Slawi a délicatement fustigé n’oseront pas prodiguer de tel conseil aux voisins du sud de la méditérannée.les médias occidentaux trouvent tjrs des cons assidus comme ce Tahar pour raconter des affabulations sur l’islam par contre je suis vraiment fier quand je vois Tareq Ramad dans les plateaux de télé en plein débat avec des intello ou politiques islamophobes de la métropole entrain de démonter majestueusement leurs pauvres thèses sur l’Islam.certes sur l’islam politique on a pas un modèl ou un exemple frais parceque la Turquie n’est pas vraiment un vrai exemple.n’oublions pas que le principe de la laicité est inscrit dans sa constitution et que l’institution de l’armée s’arroge en protecteur de ce principe.alors cette absence d’experiences aux alentours laissent sceptiques et perplexes les observateurs occidentaux.encore que j’admets pas ce genre d’observation d’un soit disant fameux écrivain musulman parceque ça crédibilise la thèse de ceux qui bondissent l’incompatibilité entre Islam et politique.en fin j’adhère à l’opinion de Tapha Ghris dans son 1er commentaire quand il a cité la phrase de T.B disant « Je vais me servir de l’errance marocaine,pour moi,pour faire fortune ici à Paris.ce con de Tahar a fait en littérature que ce qu’ils ont fait après les Djamel Debbouz et Gad Elmaleh en comédie. ces 2 humouristes que j’ai du mal à finir leur show ont fait fortune sur le dos de pauvre marocain.l’un spécialiste de blagues de mgharba de quartier de Casa ou il a grandit et l’autre sur les zmigrés des quartiers chauds et des HLM.plein d’autres empruntent la meme voie parcequ’il parait que c’est plus éficace pour s’enrichir.ya une sacrée différence entre un artiste un vrai et un dénigreur affabulateur et faiseur de lhal9a

  27. aicha

    Ici, il s’attaque à la langue arabe se frère jumaux de BHL. Pour, lui, la langue arabe est lier au fanatique.

    http://blog.mondediplo.net/2011-12-08-Tahar-Ben-Jelloun-la-langue-francaise-et-l-arabe

  28. Samya

    Comment? Rien de bon chez Monsieur Taher Benjelloun!

    Témoin de son époque, son originalité réside dans son art de saisir les aspects de la tradition et de la culture de chez nous. Avec Harrouda, Moha, la prière de l´absent et l´enfant du sable, il a voulu se confronter à ce que refoule le silence d´une société dominée par la magie, la fausse religiosité, l´hypocrisie, l´allégeance et le culte de la personne. Les héros de Taher Benjelloun émanent des mythes représentant des êtres livrés au monde de l´injustice et de l’errance!

    De Harrouda à Moha

    Un héros marocain qui a livré ses souvenirs sur un rythme dans un discours marqué par l’enchantement de la prise de la parole – récit dédié à une mère prostituée, célébrant l’irréalisme de son corps et faisant valoir le désarroi de son impact sexuel, alors que Harrouda ne fait qu´apaiser la violence des propos exprimés contre sa chère maman. Quant au fou Moha, à l´instar de Harrouda doté d’une sagesse maghrébine, il parcourt sa ville, attirant les enfants livrés à eux-mêmes et séduits par l’euphorie de sa parole. Ses mots taillés dans les méandres du silence, se situant en marge du langage qui échappe à l´établi. Notre Moha fréquente des gens comme Aicha venue du fond de la misère et serait son père spirituel, l´utilisant esclave des ses plaisirs. Moha prête également son écoute à un enfant né déjà adulte! Il dialogue avec l’Indien et va à la rencontre de Moché, ayant le miracle de pénétrer dans l’intimité d´autrui, il fait parler quelqu´un qui se confie à lui dans un moment de faiblesse. Sa folie provoque un banquier prisonnier d’abstractions qui le font vivre dans une réclusion financière. Moha met en procès un discours rigide et aliéné par son enfermement en marge de l’humain, prétendant avoir des siècles en réserve qui lui permettraient d´assister à toutes les catastrophes. Et si l’espace et le temps perdent leur repère, la voix de Moha habitant d’autres corps et traversant d’autres mémoires, elle aboutit à une rupture avec tout déroulement chronologique. Moha est susceptible de rejoindre l’enfant né adulte et qui attend toujours vivre son enfance! A partir de ce démantèlement des normes, la vie et la mort n’ont plus leur consistance traditionnelle. C´est ce qui contraint l´auteur à se demande: Comment mourir quand on n’a jamais existé? Avec le potentiel généreux et hospitalier que revêt la parole du fou, notre Moha devient un être pluriel. Les excroissances qu’il traverse font de lui un mythe. Dans ce sens, son univers bascule vers la légende et le délire évoluant en marge des repères. La voix de Moha engrossée par d’autres, elle est gérée par la polyphonie qui met en exergue l’errance et l’interdit.

    Prière de l´Absent

    Dans la prière de l´absent, la fable occupe une place de choix et la progression narrative s’effectue sur trois articulations: Dans un premier temps, la mise en place des personnages qui rentrent en jeu, sont deux vagabonds qui vivent dans un cimetière de Fès et qui assistent à la naissance d’un être qui semblait être enfanté par un vieil olivier et l’eau de la source qui ruisselle à son pied, au moment où la jument creuse vigoureusement la terre de son sabot. Avec la même étrangeté, Yamna déjà morte, elle advient et leur apprend qu’elle a été désignée pour conduire l’enfant se ressourcer sur la tombe du Cheikh Ma Al Ainine. Cependant, chacun des témoins de cette naissance devrait garder ce secret et toute trahison sera sanctionnée par la folie. A ce niveau, le récit entame une seconde étape où les partenaires commencent l’errance vers le désert. Le scenario s’engage dans une suite de parcours bloqués. La dernière phase du récit, elle apporte une espèce de dénouement classique. Un jour d´Aachoura, Boby qui est un simple d’esprit, il a divulgué le secret à Jamâa-Al Fana! Atteint de folie comme déjà prescrit, il est enfermé à Bouya Omar. Aux confins du désert, Yamna et Sindibad accueillent leur mort dans un délire tellurien. L’histoire semble alors recommencer avec l’image de l’arbre, la source et la jument montée par Argane qui vient prendre l’enfant.

    De Moha à l´Enfant de l´écrivain

    On se trouve face à l´Enfant de l´écrivain public. Cet enfant n´est qu´un autre témoin observant la servitude de sa maman! Quant à l´Enfant de sable à Jamaa Al Fana, lui aussi est une autre fatalité pour son père qui le voit naitre femelle, et à travers le miracle, cet enfant devient male! Après le décès des deux parents, les narrateurs avancent plusieurs versions propres à eux mêmes, alors que le devenir de l’homme-femme débouche sur un parcours dramatique. Le simulacre devient un autre procès résumé par les prétentions des concurrents au domaine de la narration populaire. Mais le concerné (Ahmed) est ruiné par son épouse qui fut déjà avertie. Sur la place publique, la tragédie de l´homme – femme se prolonge à travers une surenchère faisant émerger l´héroïne Zahra de tout l´oubli et remplacer le narrateur qui fut souvent absent. Dans ces circonstances, le corps travesti permet d’établir une complicité entre le père et sa fille qui sera conduite par un cavalier dans un délire paraissant assez vrai, assez étrange, choquant le spectateur (les lecteurs).

    Zahra et son frère

    Les aspects de ce récit reflètent une femme sans pitié, mais manifeste une grande compassion pour Zahra éprouvant un amour possessif pour son frère. Quant au père possédé par son imagination, impliqué dans son quotidien par le regret d´avoir abandonné sa ville natale, choisissant l´exil, il incarne les défauts de toute une génération d´expatriés, dont l´avenir reste sans issue. Il s´agit d´une génération aux yeux baissés, connue sous le pseudo des beurs en France, parmi lesquels se trouve celle qui n´avait que 10 ans et récemment arrivée à Paris. À ses 30 ans, cette grande ville lui révèle son visage caché. Étant le retour impossible du fait que la grande nation a superposé ses tatouages à une mémoire fêlée et due à ses origines marocaines, l’enchantement des événements devient un leurre. Le petit frère de l´héroïne (Driss) est empoisonné par sa tante qui est stérile et qui a souvent usé de son pouvoir sur son frère trop démuni avant même son départ vers une terre inconnue. Si cette histoire demeure proche de La Nuit sacrée, l’Assise paraît vraiment insignifiante à côté de la tante-ogresse et le seuil de l’étrangeté franchi par le spectateur qui découvre la malédiction et les souffrances que vivent ceux qui ne végètent pas loin d’Imintanout (Marrakech), ne libérant que la famille émigrée en France, où notre paysanne va découvrir ce qui échappait à son existence.

    La plus haute des solitudes!

    Scolarisé à 11 ans est un moyen qui mènera à son épanouissement, rejetant son identité dû au premier milieu de sa naissance au Blad des Seigneurs et l´écart entre deux cultures qui ne soigneraient guère sa nostalgie et sa désillusions, face au racisme et à la violence auxquels on ne pourrait nullement échapper. D´une ambiance à une autre, décrites par Benjelloun, on se trouve sous la plus haute des solitudes, le déséquilibre socioculturel et l´errance de nos parents qui n´ont eu aucune chance de rester chez eux.

    Fès défiant Rabat!

    Partageant l´idéalisme de mon père et n´étant pas d´accord avec Benjelloun dans son option monarchiste – alaouite, il serait injuste de dire que cet homme n´a pas de talent, surtout me rappelant de son parcours scolaire et sa condamnation à deux ans de service militaire, à cause des événements de Mars 1965 (rébellion des jeunes lycéens marocains), professeur de philosophie, une fois cette matière arabisée, il a fait une autre carrière en psychiatrie, choisissant le long exil à Paris. Quant à ses différends avec Benkirane, ils se résument dans l´évolution de la Chabiba des années 70 et qui a été utilisée par bourreau Hassan II, contre les intellectuels et opposants à l´epoque de son terrible long règne.

    Les archives de mon père.

    @Nawal

    Après une punition de deux ans, moi aussi je suis autorisée par mon vieux, mais à condition de ne pas m´insulter avec les voyous d´Internet.

    Te saluant / Samya

    • youb

      A part Settof l’impudent impénitent qui écrit ici sans respecter les lecteurs et lectrices des « gros mots » et des insanités intolérables, Il n’a aucun voyou dans demain online…

      • settof

        Tu dois aller voir un psychiatre,et vite.Car ta santé mentale m’inquiète vraiment,mon cher Youb.Tu hallucines

        • settof

          Youb
          Je n’ai fait aucun commentaire sur cette page.Alors pourquoi tu parles de moi.A moins que tu n’aies eu un accès de fièvre qui t’a poussé à délirer.Allah ychafi

  29. époché

    Bonjour
    @Listo
    « L’Islam comme idéologie (Ou Islam tout court, tant qu’il ne s’est pas réformé) est incompatible avec les valeurs démocratiques. »

    On dirait que l’Islam vient d’entrer dans le domaine politique avec les partis islamistes actuels
    Or l’Islam a de tout le temps fait corps avec la politique –comme cherche à le faire comprendre l’auteur de l’article- et notamment par les dirigeants des pays musulmans actuels
    Il en résulte que le problème ne vient pas de l’islamisme –entendu comme intrusion de l’Islam en politique- qui est consubstantiel à l’histoire de l’Islam
    Et donc la nouveauté vient d’ailleurs
    Certains –comme le fait notre auteur- se rendent compte de l’immoralité d’une arme que lorsqu’elle passe entre les mains de l’adversaire
    Ceux qui utilisent la religion pour se cramponner à leurs sièges et ceux qui l’utilisent pour déloger les premiers se valent
    Et les premiers ont rendu des fiers services aux seconds : pour combattre l’émancipation et la liberté d’esprit dans les années 60 ,les gouvernants ont renforcé l’encadrement religieux dans l’enseignement public tout en gardant l’ environnement occidentalisé affectionné par ces élites . Leurs ennemis politiques ont utilisé cet endoctrinement religieux pour critiquer la discordance de la société avec les préceptes de la religion. Autrement dit, le piège s’est refermé sur le chasseur
    Une manière plus prosaïque d’illustrer cette idée : les enseignants (surtout ceux de l’éducation religieuse) constituent une clientèle politique des partis islamistes
    Les partis islamistes sont financés donc par l’Etat qui leur offre en plus la possibilité de façonner des générations et des générations d’avenir en leur octroyant ce cadeau politique constitué par une éducation religieuse conçue selon leurs besoins
    Cordialement

  30. mokhtar

    voici une réponse que j’avais écrite à propos de l’article de TBJ dans le monde.
    Je trouve indigne qu’un « grand » écrivain rédige un tel article, plein de démagogie, de clichés, d’hypocrisie et qui atteste qu’une ignorance pathétique de l’islam. On croirait lire un BHL.
    Je vous livre les phrases de TBJ, avec qlqs commentaires et vous laisse juge :
    1/ « Montesquieu explique dans De l’esprit des lois comment « le bien politique, comme le bien moral, se trouve toujours entre deux limites »…. Je conseille à TBJ de lire ce que dit Montesquieu sur les arabes et les musulmans. C’est de l’islamophobie de la pire espère.
    2/ « La machine de la régression et de l’annulation des libertés individuelles se met en marche parfois déguisée sous le vocable de « la normalisation » et de « l’authenticité »… y a-t-il plus grave comme préjugé ? Comment condamner un parti avant même qu’il ne gouverne. Laissons-le faire et on jugera plus tard. Cela s’appelle, un procès d’intention. Et puis, c’est TBJ lui-même qui s’est réjoui, après la victoire du PJD, du fait que les grands pouvoirs sont encore entre les mains du Roi. Alors de quoi a-t-il peur ?
    3/ « Je ne crois pas à l’effet domino, car la situation de la Tunisie n’a rien à voir avec ce que vit le Maroc, depuis l’arrivée du roi Mohammed VI. »… je me souviens du temps où il disait que le Maroc de Hassan II était un paradis, avant de dire le contraire. TBJ est l’incarnation même du proverbe marocain : « Lah yensar li s’ba7. »
    4/ « Le recours aux principes religieux pour lutter contre la pauvreté et la corruption est un leurre, une inadéquation totale avec les principes de modernité.(…) Or l’islamisme politique se caractérise en général par une action directe sur le mode de vie des gens. Cela commence par quelques prêches moralisants et finit par des décrets et des lois (fatwas) qui gouvernent la vie quotidienne des citoyens. Il empêche de penser ou mieux pense à la place des citoyens. A quoi bon penser, douter, débattre puisque tout est écrit d’avance. » » Qui a le plus utilisé ce procédé depuis des siècles ? … Le Makhzen, bien sûr.
    5/ « On a même entendu un candidat du Parti de la justice et du développement (PJD) promettre un « coin de paradis » à ceux qui auront voté pour lui. » … On a aussi entendu des imams dire qu’il faut voter « oui » à la constitution parce que c’est un projet royal et qu’il faut toujours dire oui à amir el mouminine.
    6/ « L’islamisme marocain a été fabriqué depuis longtemps. » Là on est d’accord, il a été fabriqué depuis 14 siècles.
    7/ « On a remplacé les textes de Nietzsche, de Freud, de Marx, de Weber et bien d’autres par l’histoire de la pensée islamique, laquelle était enseignée parmi d’autres courants. » TBJ utilise trop l’impersonnel « On » sans oser identifier ce « on » qui ne sont d’autres que ses amis au pouvoir depuis des décennies. Il a omis de dire aussi qu’Hassan II avait utilisé les islamistes pour contrer les communistes et les études islamiques pour détruire la philosophie.
    8/ « Il n’y a pas que cet aspect qui a fait émerger l’islam politique au Maroc. La révolution iranienne, le travail de propagande des Frères musulmans, l’importance des chaînes satellitaires des pays du Golfe qui sont de véritables postes de prosélytisme, vont travailler l’imaginaire des Marocains enclins à entendre un discours qui les rassure d’autant plus que les autres partis ont montré leur incompétence ou leur naïveté. »… Comme toujours, l’enfer, c’est les autres. Quels raccourcis désolants, et quelle analyse simpliste des événements ! C’est pathétique.
    9/ « Le Maroc n’a pas eu le temps de cultiver la démocratie dans les esprits. »… C’est la faute à qui ? au PJD bien sûr ?
    10/ « Or tant que le champ religieux se mêle du politique, cette pédagogie est en échec »… TBJ oublie de dire que c’est toujours sur le religieux que les différentes dynasties se sont appuyées pour régner au Maroc. Il faut relire l’histoire de votre pays Mister TBJ.
    10/ « Espérons que ces politiciens ne feront pas trop de dégâts et ne feront pas fuir les touristes ni ne décourageront les investisseurs. » Pitié M. TBJ, pas ce discours de concierge ! Ça devient lamentable. Bref, j’arrête pour ne pas m’abêtir davantage.
    Je dirai simplement qu’il y a des fois où l’abstinence d’écrire devient la meilleure œuvre d’un écrivain.

  31. époché

    Bonjour
    L’idéologie des partis islamistes est d’abord transmise par l’école dans les cours de catéchisme dispensés au surplus par des enseignants acquis aux partis islamistes
    Que la collectivité décide d’enseigner l’Islam à ses enfants dans les écoles, c’est un acte de choix public à respecter
    Qu’on se plaigne que ces enfants soumis à des directeurs de conscience islamistes renvoient des députés islamistes une fois adultes, c’est un acte de stupidité ou d’hypocrisie
    Si on combat vraiment l’islamisme, on doit lutter pour la laïcité notamment à l’école
    Si on se limite à combattre les députés islamistes, on montre qu’on est contre les organisations islamistes et pour l’Islam d’Etat
    De là le raisonnement de certains adversaires de l’Islamisme : islamisme pour islamisme donnons une chance à celui des partis islamistes car on ne connaît que trop bien l’islamisme hypocrite des dictateurs arabes
    Cordialement

  32. Spartakus

    Tout le monde a bien évidemment entendu parler de l’affaire Benjeloun et sa « bonne ». Une femme marocaine qu’il exploitait (comme une esclave) en France.Le genre de personne qui affiche une certaine forme de modernité mais qui en fait, est un archaïque pur et dur. Et cet individu, sans foi ni loi, ose évoquer du système social français. Profiteur, parasite ici et là-bas. A la poubelle.

  33. Samya

    En dehors de ce que dit Monsieur Taher Benjalloun, en accord et l´elan de nos races, l´importance de nos langues, le pouvoir de nos religions et surtout celle des mieux élus et les plus privilègiés, comment devrait-on se comporter face à tout l´etabli?

    http://www.haaretz.com/woman-beaten-on-j-lem-bus-for-refusing-to-move-to-rear-seat-1.207251

  34. Samya

    Les grandes richesses du Maroc, sous le pouvoir et la stratégie des islamisés!

    http://amrani.forumfamille.com/t46-les-grandes-familles-de-fes

  35. Drialam

    Venant d’un intellectuel connu est reconnu, les commentaires politiques de Tahar Benjelloun sur la victoire du PJD au Maroc sont choquants, car ils remettent en question le principe de tolérance qui ne doit souffrir aucune exception. En bon démocrate, élevé à l’école française des droits de l’homme et de démocratie, Benjelloun surprend par son extrémisme. Il sait que c’est l’Islam, et non pas l’islamisme politique, qui régit directement le mode de vie des gens. Les musulmans acceptent cet aspect de leur religion. Ils en sont fiers. Par ailleurs, n’importe quel parti politique, islamiste ou pas, a pour ambition première l’accès au pouvoir. Une fois dedans, il se comportera de manière conforme aux règles du jeu politique du pays. Sauf à faire un coup d’Etat, le PJD n’échappera pas à cette limite, d’ailleurs sévèrement rappelée par les différentes constitutions du Maroc depuis 1962. « L’Islam (…) devrait rester dans les cœurs et dans les mosquées » dit Tahar Benjelloun. Je pense que s’il détenait le pouvoir politique, il aurait tout simplement, comme beaucoup d’intellectuels marocains francophones qui sont légion dans l’élite marocaine, interdit à l’Islam de rester dans les cœurs et dans les mosquées.

    • settof

      L’Islam,comme toute religion ,relève de la spiritualité.Donc, il n’a rien à voir avec la temporalité.

      • époché

        Bonjour
        settof
        Une religion est inséparable de la conception qu’en ont ses adeptes, autrement elle serait une simple vue de l’esprit . Et la conception qu’en ont les adeptes est inséparable elle-même du niveau intellectuel
        Si l’Islam offre l’image qu’il a aujourd’hui, c’est qu’il est implanté dans les régions sous développées de l’univers
        Jean Paul II disait que « toute spiritualité est église »
        Or je ne pense pas, à moins que mon expérience personnelle ne soit pas généralisable , que les Musulmans veulent limiter leurs pratiques religieuses au domaine spirituel et rituel
        Et si cette conclusion était vraie, il ne resterait que 2 possibilités :
        Soit la réforme de l’Islam dans un mouvement qui ressemblerait à celui de l’Eglise – que beaucoup d’ailleurs pensent être dues à l’islam –pour éloigner l’Islam de la temporalité
        Soit l’adapter pour donner une temporalité acceptable
        Cordialement

  36. rfilander

    notre ami tahar ne comprend rien au maroc et a la cuisine du makhzane.
    tahar et toujour a cote de a plaque et en plus il manque du courage.
    cordialement.

  37. youb

    L’Islam comme idéologie (Ou Islam tout court, tant qu’il ne s’est pas réformé) est incompatible avec les valeurs démocratiques. »????
    Quelle réforme?
    A mon avis, Ce sont les valeurs démocratiques qui devraient subir une
    réforme, et se mettre au diapason puisqu’elles sont incompatibles avec cet
    islam tout court, et non l’inverse qui devait être envisagé ..
    L’idée de faire dépendre l’islam de la démocratie est tout simplement une
    hérésie. L’homme, Peut il se laisser rongé par son ingratitude au point de
    prétendre qu’il est plus parfait que Dieu? Il faudrait se mettre à l’évidence et avouer que l’homme n’est qu’un roseau pensant (pascal). Il ne lui appartient pas d’imposer ses caprices dictées par son amour de la vie et à ses vicissitudes. Dieu tout puissant est le seul législateur.
    Ce que rapporte Tahar Ben Jelloun est vrai! je le cite: »L’islam devrait rester
    dans les cœurs et dans les mosquées. D’ailleurs Dieu insiste sur la responsabilité de la personne dans ses actes. Elle n’a pas besoin d’un
    gouvernement religieux pour lui dicter ce qu’elle a à faire ».
    Vrai mais dans quel sens? Vrai dans le sens où l’écrivain a donné ici une
    analyse politique qu’il a lui même vécue, et lui a été inculquée au temps où les régimes théocratiques (actifs à ce jour) étaient tous inspirés par les idées de Lénine.
    Affirmer que l’Islam a de tout le temps fait corps avec la politique , est totalement faux! l’islam et il faut le reconnaitre, a été de tout temps écarté de la politique et réduit au rôle de « Berrah »(troubadour) se limitant à annoncer les fêtes de l’aid et le guet d’une lune annonçant le ramadan, et encore!
    l’annonce de la lune obéissait à certaines règles, et au seul regard des tyrans qui gouvernaient..(un choix basé sur des calculs prémédités pour éviter les ponts et les journées chômées et payées ). Il faut reconnaitre que les dirigeants de tous ces pays se prétendant musulmans étaient communistes et francs-maçons qui maintenaient ce mot islam uniquement pour ne pas se heurter au mécontentement des peuples qu’ils gouvernaient..Pour s’en convaincre, il suffit de consulter les constitutions de ces pays drapés sous la burqa musulmane. Dans le premier article, il est écrit noir sur blanc que la religion de l’état est l’islam. En revanche, L’article qui le suit est un paradoxe qui stipule que le droit en vigueur ( civil, pénal, commercial,etc..) est le droit occidental (entendez par là celui de Napoléon). Plus loin et plus grave encore, un autre article précise qu’à défaut de loi dans le jugement d’un litige, le juge peut à titre de jurisprudence, puiser dans les us et coutumes et seulement en dernier recours, s’inspirer d’un texte du coran. Vous conviendrez qu’assimiler le coran à une roue de secours de dernier recours est une preuve que l’Islam n’a jamais fait corps avec la politique contrairement à ce que veut nous faire entendre Monsieur époché que je respecte beaucoup, …
    Un islam confiné au rôle de détecteur de lune du ramadan et confisqué par
    des tyrans léninistes ordonnant aux imams de distribuer des fatwas sur
    mesure à « ceux qui détiennent les commandements » comme celle ci à titre
    d’exemple: » Ô les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à
    ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous
    disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous
    croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement).
    En mettant en surbrillance « ceux qui détiennent les commandements », le choix du verset n’est pas fortuit et ceci est bien une preuve que l’Islam a de
    tout le temps été écarté de la politique mais utilisé crapuleusement au
    profit des despotes.
    Rappel du verset qui recommande la charia, et le statut de ceux qui ont renié son application et ont suivi et appliqué celui de napoléon.
     » N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (prophète) et à ce qu’on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement.Et lorsqu’on leur dit: « Venez vers ce qu’Allah a fait descendre et vers le Messager », tu vois les hypocrites s’écarter loin de toi.Comment (agiront-ils) quand un malheur les atteindra, à cause de ce qu’ils ont préparé de leurs propres mains? Puis ils viendront alors près de toi, jurant par Allah: « Nous n’avons voulu que le bien et la réconciliation ».Voilà ceux dont Allah sait ce qu’ils ont dans leurs cœurs. Ne leur tiens donc pas rigueur, exhorte-les, et dis-leur sur eux-mêmes des paroles convaincantes.Nous n’avons envoyé de Messager que pour qu’il soit obéi par la permission d’Allah. Si, lorsqu’ils ont fait du tort à leurs propres personnes ils venaient à toi en implorant le pardon d’Allah et si
    le Messager demandait le pardon pour eux, Ils trouveraient, certes, Allah, Très Accueillant au repentir, Miséricordieux.
    Non!… Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta sentence).S.4 V. 60/65.

    • époché

      Bonjour
      @youb
      Qu’il ne faille pas assujettir l’Islam à la démocratie est peut être vrai dans une communauté de musulmans دار الاسلام
      Il n’en est pas de même lorsque la communauté est composée partiellement de non-musulmans
      Pourquoi faudrait-il que soient imposés à ceux-ci des règles d’une religion qu’ils ne partagent pas ?
      En cas de choix différents , le critère de choix démocratique est la solution la moins mauvaise -on le sait et celà a été démontré
      C’est pourquoi si dans certaines conditions l’assignation de l’Islam à la démocratie pourrait se discuter ,dans d’autres conditions cette assignation est inévitable
      Cordialement

  38. youb

    8ème ligne: se laisser ronger…

Les commentaires sont fermés

Connexion | Demain online Copyright 2014