Une nouvelle vidéo montre l’arrestation de Kadhafi sous un autre angle

Une prise de la vidéo

Casablanca. - Une nouvelle vidéo montre le moment de l’arrestation du dictateur libyen. On voit également comment il est maltraité par des miliciens qui vocifèrent « Allah Akbar« , « Misrata, Misrata« .

Dans la vidéo on voit clairement que Kadhafi est pris à partie, insulté et surtout frappé au visage à coups de pied souvent.

C’est après cette arrestation que probablement l’ancien guide a été exécuté par ses geôliers.

Demain

Les images son fortes.

Partagez nos articles sur les réseaux !

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=7496

Posté par le 21/10/2011. inséré dans Actualité, Sliders. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.

10 Commentaires pour “Une nouvelle vidéo montre l’arrestation de Kadhafi sous un autre angle”

  1. Justice

    Une folie révolutionnaire de surexcites islamistes pris de delirs. Le Chaos total. Aucune discipline. Des évolutionnaires ou des mercenaires de l’OTAN? Quel gâchis?

  2. Tawfik

    Does that make those men any better than him. I think not. Nothing will change in Libya, they will have another tyrant who will probably do exactly the same. Even I hope to see a brighter future for the arab world but you get what you deserve.
    The shooting has raised unwanted questions about the ability of the new leadership to control the men with guns, as well as discomfort for Western allies about respect for justice and human rights among those who claimed to be fighting for just those ideals. I would like to see the revolution in other places like morocco since they are deaf and blind to see around.

  3. Justice

    Americans and Europeans are not only the allies of the insurgents but their Masters. In consequence, the victory against the tyrant doesn’t belong to the people of Libya but to those barbarians who proved to be the real rogue states in the World as we know from Iraq, Palestine… The future of this country is very somber…

    i

  4. jalila

    Il faut se mettre dans l’etat d’esprit de ces surexcités islamistes pris de délires comme vous dites. 42 ans de dictature dirigée par un fou furieux qui promet publiquement de tuer son peuple zanga zanga… Capturer kaddafi vivant leur parait irréel, inconcevable, invraisemblable…c’est ce qui explique cette joie mêlée aux sentiment de délivrance et de la vengeance.

  5. Justice

    Que kaddafi soit tue n’est pas un probleme. Le vrai probleme c’est que la Libye est desormais propriete de l’OTAN grace a ces revolutionnaires de derniere heure, nostalgiques de la monarchie reactionnaire des SENOUSSIS, dont ils ont adopte le drapeau. Abdeljalil, chef du CNT, est alle jusqu’a dire que la pondaison de OMAR MOKHTAR par les Italiens a ete legitime. Ces revolutionnaires sont au service de l’OTAN, qui leur dicte leurs faits et gestes, et non de la Libye.

  6. Adil

    Que de l’intox ! Certains osent pleurer un criminel de guerre qui est responsable de plus de 50,000 deces de Libyens; pour ceux qui sont de memoires courtes, le 17 fevrier 2011 c’est bel et bien un revolution pacifique qui a commence en Libye a laquelle ce bourreau a repondu par une force de frappe similaire a celle de Gaza 2008 …
    Oui, ces des images choquantes, et une occasion manquee pour montrer que notre revolution est differente de son regime … mais pour autant devrait-on pleurer ce criminel de guerre ? je ne pense pas …et pour les pseudos-laiques pseudos-gauchistes, si les islamistes connaissent comment mettre fin a tant d’annee de « plombs », je dis vive les islamistes, et a bas le Makhzen et les pseudos-gauchistes qui n’ont jamais su comment nous faire sortir de cette veritable obscurite des tyrants.

  7. rene

    difficile de chiffrer le nombre de morts du a kadhafi !! comme il est dailleurs diificile de chiffrer le nombre de morts de cette guerre et des ces victimes « colateralles »
    c est maintenant que l on va decouvrir le vrai visage de ces revolutionnaires qui sont pour certains des islamistes radicaux qui n ont aucun respect de ce qu ai une democratie ….d ailleurs l on peut deja ce rendre compte du fait que la future constitution sera basee sur la « charia » !!!
    quand au droit du divorce en libye ……….et bien il est suprime !!!!!
    il y a trops d interet divergents,trops de clans oposes pour avoir une vrai democratrie …la fin de kadhafi va certainement laisser place a une periode de chao comme en irack et en afghanistan pour finir malheureusement sous la forme d une nouvelle dictature basee sur des principes radicaux comme en iran !!!
    vive la revolution d aparance !!! et tant pis pour les libertees individuelles !!!

  8. Aicha

    C’est confirmé, Barack Obama et Nicolas Sarkozy ont bel et bien ordonné l’assassinat de Mouammar Kadhafi. D’après Le Canard Enchaîné, édition de ce mercredi matin, 26 octobre 2011, les Américains avaient localisé le guide libyen dès le 19 octobre. On comprend donc pourquoi Syrte a été ainsi pilloné, surtout dans le quartier où vivait Mouammar Kadhafi.
    Ce qu’ils reprochaient à Mouammar Kadhafi, c’est à dire de tuer sans jugement, ils viennent de le réaliser avec brio, en Libye. Quand on sait que quelques jours avant cet assassinat, 53 partisans de Mouammar Kadhafi ont été éliminés dans l’hôtel Mahari de Syrte, on se dit qu’il était impératif d’éliminer le renard du désert parce qu’il en savait trop. Dans la dignité, il n’a rien dit durant 8 mois de bombardements intenses.

    Cet article de Claude Angeli est sans ambiguïté. Il désigne Paris et Washington comme les commanditaires du meurtre de Mouammar Kadhafi. Intitulé « Kadhafi condamné à mort par Washington et Paris », il reprend la dialectique morbide et mortifère d’un colonel américain du Pentagone s’adressant à son contact des services secrets français qui indique que « Ce type en vie le transformerait en véritable bombe atomique ». Sarkozy et Obama ont donc quoi à cacher pour tuer Kadhafi ?

    Au-delà de cette exécution extra-judiciaire, il est évident que le soi-disant droit international n’existe pas. La raison du plus fort étant toujours la meilleure, ces gens s’en sortiront. Ils ne seront jamais traduits devant un tribunal international. Le «Front pour la libération de la Libye » nouvellement constitué, indique que la Libye vivra désormais sous la terreur, tant que celle-ci sera occupée. Une contre-attaque face au débat sémantique sur la « libération » proclamée par le CNT, et la réalité du terrain qui pousse d’ailleurs les renégats de Benghazi a prier l’OTAN de rester jusqu’à la fin de l’année. Un vrai aveu de faiblesse.

    Voici l’article in extenso:
    KADHAFI CONDAMNÉ À MORT PAR WASHINGTON ET PARIS

    Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu’il s’en sorte vivant. De crainte qu’il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale.
    Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.
    Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.
    Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, « ´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».
    Hypocrisie internationale.
    À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugié à Syrte, avec gardes corps et mercenaires. Et Sarko avait chargé le général Benoit Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’ «élimination physique »du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

    « La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».
    Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruit et Kadhafi seulement blessé.
    Soupirs de satisfaction.

    Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande ῞Allah Akbarˮà pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».
    On connait la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles. » Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international

  9. Djanet

    Syrte ou la Stalingrad du désert, aura résisté de tout son sang contre la barbarie céleste de l’OTAN et ses mercenaires indigènes. Au milieu de ruines fumantes de la ville martyre, un lion est mort. Un lion qui, de son vivant comme dans sa trépas, aura rendu sa fierté à sa patrie, à son peuple, à son continent et à tous les damnés de la terre.

    Autour de son corps agonisant, tels des rats affamés, les barbares du CNT et de l’OTAN se sont disputés des lambeaux de sa noble chair. « C’est nous qui l’avons achevé » clament les rats du Shape et de l’Elysée. « Non, c’est nous. » rétorquent les rats indigènes.

    Le corps lacéré de Kadhafi, c’est la Libye lacérée, donnée en pâtures à l’OTAN et au CNT. La Libye de Kadhafi était un pays fier. Ses citoyens ne devaient pas quémander l’aumône à la porte des seigneurs européens.

    La Libye de Kadhafi était un pays prospère. Elle était l’Eldorado de toute l’Afrique. Un pays de cocagne assurant le plein emploi. La Libye de Kadhafi était un pays paritaire. Les femmes étudiaient et réussissaient mieux que les hommes. Les femmes décidaient. Les femmes dirigeaient. Les femmes combattaient.

    La Libye de Kadhafi était un pays généreux. Ecoles gratuites munies d’équipements les plus modernes. Hôpitaux gratuits ne manquant de rien. Cette Libye a entre autres, financé RASCOM 1, un satellite de télécommunications qui allait permettre à tous les Africains de téléphoner quasi gratuitement, eux qui payaient les tarifs téléphoniques les plus chers au monde. L’Europe avait été jusqu’à coloniser les réseaux de communication africains, forçant le continent à verser 500 millions de dollars par an pour le transit vocal des Africains sur ses satellites.

    Pensez vous qu’un Dictateur aurait privé son peuple de tout ça?

  10. Karima

    Hélas, la Libye de Kadhafi n’est pas parvenue à faire vivre une démocratie durable. Les luttes personnelles ont pris le dessus sur les intérêts collectifs. Comme bien des révolutions, la Libye de Kadhafi a connu sa dégénérescence idéologique et son cortège de souffrances et d’injustices.

    La Libye de Kadhafi n’est pas parvenue à instaurer la concorde entre clans et tribus de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque. La Libye de Kadhafi a cru que seule la force viendrait à bout des djihadistes endiablés d’Al Qaida, des opportunistes et des renégats pro-occidentaux.

    La Libye de Kadhafi a tenté de briser son isolement international, pensant que les rats de l’Elysée, du 10 Downing Street, du Palais Chigi ou de la Maison Blanche viendraient manger dans sa main. Ces rats se sont en réalité sournoisement glissés dans la manche de sa tunique. Ils ont saisi l’occasion pour infiltrer son pays, le saboter, le ruiner et le pomper pour un siècle.

    A présent, les rats d’Europe et les rats du CNT étanchent leur soif dans la crinière du lion.

    Mais le lion s’est dérobé à leurs griffes pour rejoindre Lumumba et Sankara, les autres enfants martyres de l’Afrique héroïque.

    Buvez, hordes de lâches, buvez ! Que son sang brûle vos entrailles comme le Zaqqoum !

    Pleurez patriotes libyens pleurez ! Que vos larmes engloutissent vos bourreaux et leurs armées !

Les commentaires sont fermés

Connexion | Demain online Copyright 2014